Chroniques d'une chocoladdict

Bridget Jones lyonnaise, je partage mes aventures ordinaires et extraordinaires de maman trentenaire qui essaie de rester glamour...sans jamais me prendre au sérieux

mardi 18 novembre 2008

Mal de mère

des_papillons_sous_la_pluieVoici mon coup de coeur littéraire du moment, cela faisait longtemps qu'un roman ne m'avait pas autant remué, touché, ému, tourneboulé. Décidément la littérature israëlienne est plein de bonnes surprises....

Eva, Havalé, Hava, celle-là est partie il y a 25 ans, en laissant derrière elle, Mama Ruth et Adam, son petit garçon de 10 ans. Le roman s’ouvre sur un message laissé sur le répondeur d’Adam, devenu Dr Ouria « Allo, c’est Eva, c’est ta mère ». Elle sera là dans deux jours et Adam ne sait pas s’il doit aller la chercher, lui pardonner, chercher à comprendre, ni même ce qu’il est sensé ressentir après avoir connu l’espoir d’un retour, la colère, la rage et finalement au fil des ans l’indifférence à son égard.

Cet appel bouleverse une vie déjà chancelante entre des consultations de médecin généraliste, une femme Eliana qu’il aime mais avec qui il n’arrive pas à s’engager et sa grand-mère, Mama Ruth, devenue invalide suite à un accident vasculaire cérébral. Pendant deux jours, les souvenirs d’enfance jusque là enfouis, cadenassés font venir déranger le présent, casser la fragile carapace d’un fils qui a grandi sans l’amour d’une mère.

C’est un roman doux-amer sur l’amour filial, sombre car la mort et la maladie sont très présentes, lumineux car rempli d’odeurs, de saveurs, de petits détails pleins de poésie comme ce papillon donné par celle-là et qu’Adam garde toujours au fond de sa poche, qu’il frotte, touche comme un grigri rassurant. Ce livre a trouvé en moi un écho inattendu et m’a ému aux larmes par sa mélancolie, sa justesse pour saisir la vulnérabilité des êtres, leur fragilité et pour décrire les liens invisibles tissés entre Adam et Mama Ruth.

(Roman lu dans le cadre de la sélection du Prix des lectrices Elle 2009)

Et vous, un livre vous a-t-il fait verser des larmes sur votre oreiller, sur votre voisin de métro ou sur votre transat de plage? (hormis quand vous étiez en pleine dépression post-natale ou au lendemain des dernières élections présidentielles, où même la lecture de Télé Star finissait dans un sanglot) 


Commentaires

    Ben dis-donc, c'est une petite merveille ce bouquin. Emotions, psycho, souvenirs, de quoi t'embarquer ! Rien, ne me vient comme livre qui m'ait autant bouleversée que le tien, mais je réfléchis...

    Posté par mamzellescarlett, mardi 18 novembre 2008 à 08:57
  • Le dernier livre m'ayant fait pleurer, c'est "Je veux vivre" de Jenny Donwham. Avant, c'était "Le secret de Lily Quinn".

    Posté par MissBrownie, mardi 18 novembre 2008 à 10:54
  • Sans hésitation "une prière pour Owen" de John Irving.
    On passe du rire aux larmes en un chapitre et jen'ai jamais rencontré de personnage plus attachant sue Owen Meany... il me manque Owen.

    Posté par ratounette, mardi 18 novembre 2008 à 11:08
  • Mon autre surnom (à part pimousse) c'est coeur de pierre, alors je ne pleurs jamais (enfin si je pleurs, mais pas pour les livres ou les films). Du cou pje ne peux pas t'en donner un. En plus comme j'aime lire des livres légers (genre romans anglais), je suis rarement confronté à une émotion vive...Donc désolée.

    Mais ton livre me dit bien, ainsique le livre de Joh Irving de Ratounette dis donc! QUe de lectures en retard!

    Posté par Pimousse, mardi 18 novembre 2008 à 11:13
  • Je note, je note... En plus je suis hyper bon public pour les larmes sur l'oreiller...

    Posté par unefillelatoile, mardi 18 novembre 2008 à 14:28
  • je vais pas faire dans l'intellectuelle mais 2 livres m'ont fait pleurer:
    *a la fin m'a trouve pleurant a chaudes larmes dans mon lit essayant de les essuyer pour pouvoir lire la suite (je raconte pas, je sais pas si tout le monde l'a lu)
    *apres avoir vu le film, j'ai lu le livre "le cercle des poetes disparus" et j'ai encore pleurer! mais bon je pleure aussi pour le film a chaque fois que je le vois...

    Posté par lilly, mardi 18 novembre 2008 à 15:13
  • Je l'ajoute sur ma liste d'attente.

    Le livre que je relis regulierement et qui me bouleverse c'est le Petit Prince, selon mon etat psychique ca peut aller jusqu'aux larmes...

    comment on fait pour etre membre du prix des lectrices du elle?

    Posté par La femme fleur, mardi 18 novembre 2008 à 16:13
  • @Mamzellescarlett : ce bouquin je n'en avais entendu parler nulle part pourtant
    @MissBrownie : je vais aller voir de quoi ça parle...
    @Ratounette : j'ai déjà lu du John Irving mais celui-là je ne crois pas
    @Pimousse : t'as jamais jamais pleuré au cinéma?! la fille qui renifle bruyamment dans la rangée derrière toi, c'est moi !))
    @Unefillelatoile : larmes non garanties tout de même)
    @lilly : le premier livre s'appelle "à la fin"? c'est de qui?
    @Lafemmefleur : pour poser sa candidature une fois dans l'année il faut remplir un questionnaire, écrire une lettre de motivation et une critique de livres

    Posté par chocoladdict, mardi 18 novembre 2008 à 21:14
  • Hyper sensible, j'ai pleuré en lisant le marc levy " Les enfants de la liberté"...
    Ta critique me donne sincèrement envie de découvrir ce livre, je l'ajoute donc à ma To READ ! merci,

    Posté par e-zabel, mardi 18 novembre 2008 à 21:45
  • Rien que le titre, j'adore!

    Posté par Touwity, mercredi 19 novembre 2008 à 15:39

Poster un commentaire